L’histoire des cryptomonnaies

Partie I

Le commencement

Résultat de recherche d'images pour "bitcoin logo"
Avant de parler du fonctionnement des cryptomonnaies voyons d’où cela vient.

Actuellement la plupart d’entre nous connaissent le Bitcoin. Le Bitcoin est la toute première des cryptomonnaies. Celle-ci a été inventée en 2008 : à cette date un certain Satoshi Nakamoto publie un document décrivant un système d’argent virtuel en P2P (peer to peer, de personne à personne) sur le site bitcoin.org. Cependant le Bitcoin n’existe pas vraiment, il ne s’agit là que d’un papier détaillant son fonctionnement.

Avant même les années 2000 le concept de cryptomonnaie commence petit à petit à se développer. David Chaum, un cryptographe américain, publie un document intitulé Untracable electronic cash, qui aborde le concept de monnaie électronique (le document date de 1990). Dans son article, il détaille le fonctionnement technique s’appuyant sur des techniques de cryptographie pour remplacer la monnaie physique (billets et pièces). Pour ce faire il faut que cette monnaie soit, comme la monnaie physique, infalsifiable et impossible à utiliser deux fois (on ne peut pas utiliser un même billet dans deux boutiques différentes, il faut le donner à une seule boutique).

Le Bitcoin n’invente donc pas tout les concepts, il se base sur différents papiers qui ont été publiés précédemment. Le document détaillant le principe du Bitcoin s’appuie notamment sur le concept de B-money inventé par Wei Dai en 1998.

B-Money

Wei Dai est intéressé par le concept de crypto-anarchie développé par Tim May. Le but de ces communautés est d’exclure le gouvernement car celui-ci ne serait pas nécessaire. Cependant aucun mode de fonctionnement n’était proposé pour qu’une communauté fonctionne sans avoir de gouvernement. Daprès Wei Dai une communauté est définie par une coopération de plusieurs personnes, ces échanges entre plusieurs personnes se basent sur un moyen d’échange : une monnaie. La monnaie étant traditionnellement mise en place et gérée par un gouvernement l’auteur propose deux systèmes (ou protocoles) pour s’en passer. Son papier propose une approche théorique pour avoir une monnaie décentralisée : il n’y a pas une entité qui s’occupe de gérer la monnaie, tout le monde y participe. Pour les deux protocoles Wei Dai suppose l’existence d’un réseau intraçable où les personnes sont identifiés par un identifiant (un numéro, clé publique) et les messages sont signés par l’expéditeur puis chiffrés. Maintenant que les pré-requis, ont été définis, voyons le fonctionnement.

Le premier protocole propose que chaque participant ait une base de données (ou livre de compte) où est enregistrée l’argent que chaque identifiant possède (tout le monde peut voir l’argent pour chaque identifiant mais ne sait pas à qui appartient l’identifiant). Pour le premier protocole on suppose un canal de communication synchrone, anonyme où les messages ne peuvent être perdus. Cela signifie que quand un message A est envoyé puis un message B, tous les destinataires reçoivent le message A avant le message B. L’auteur reconnaît que ça n’est pas faisable du fait de la contrainte d’avoir un canal de communication synchrone (Internet n’est pas un canal de communication synchrone par exemple) entre tous les participants.

  • La création de la monnaie est ouverte à tous. Pour ce faire il suffirait de résoudre un problème calculatoire non résolu jusqu’à présent ou le résultat n’a aucune valeur et la durée nécessaire au calcul peut être déterminée. Ainsi la rémunération pour ce calcul se ferait par la création de monnaie en rapport avec le temps passé. Si on estime que 3 heures de travail valent 1 jeton, on peut proposer un problème calculatoire à résoudre qui prendra 3 heures et il sera rémunéré 3 jetons. Différentes autres méthodes de création sont suggérées à la fin de l’article.
  • Pour transférer de l’argent il suffirait d’envoyer un message “Identifiant_A envoie X à Identifiant_B” le tout signé par Identifiant_A. Cette transaction est envoyé et enregistré par tout le monde sauf si Identifiant_A se retrouve avec un solde négatif.
  • Le protocole prévoit aussi la création de contrats.

 

Le deuxième protocole est similaire au premier, cependant tout le monde ne possède pas la base de données, seulement quelques participants la possède. Les participants possédant la base de données sont appelés serveurs. Le premier protocole motive le deuxième de part son impraticabilité due aux contraintes sur les canaux de communication. Cette contrainte est levée pour ce protocole. Avec ce protocole seulement une partie des participants possèdent la base de données. Les serveurs sont reliés entre eux à l’aide d’un réseau Usenet. Usenet est un réseau inventé en 1979, servant principalement pour les forums. Un utilisateur peut se connecter à n’importe quel serveur. Lorsqu’une modification est faite sur un serveur cette modification est propagée aux autres serveurs et est ensuite disponible sur les autres serveurs.

Résultat de recherche d'images pour "usenet"

Le fonctionnement est le même qu’auparavant, seulement lorsqu’un utilisateur effectue une transaction il doit vérifier que celle-ci a bien été reçue et traitée par un certain nombre de serveurs (choix aléatoire de serveurs).

L’idée est que chaque serveur possédant la donnée dépose une somme leur appartenant sur un compte spécial. Ce compte est utilisé pour récompenser ou infliger une amende au serveur en cas de preuve de mauvaise conduite (altération de la base de données pour frauder par exemple). Cette somme permet de s’assurer que les serveurs restent honnête et de les sanctionner si ce n’est pas le cas. Régulièrement les serveurs publient leurs bases de données. Chaque participant peut ainsi vérifier que la somme des montants des comptes ne soit pas supérieure à la somme totale d’argent en circulation pour éviter une expansion de la masse monétaire (duplication de l’argent). Si un nouveau serveur est créé il peut utiliser ce mécanisme pour se synchroniser avec les existants.

 

L’auteur conclue en précisant que le protocole peut sûrement être plus efficace et plus sûr. Il espère qu’avec cet article cela rends possible la “crypto-anarchie”, ce que sera en effet le cas quelques années plus tard avec l’apparition du bitcoin, sujet que nous aborderons dans la prochaine partie.

 

À bientôt pour la 2ème partie 🙂


Sources :

  • Bitcoin: A Peer-to-Peer Electronic Cash System, Satoshi Nakamoto (2008) – https://bitcoin.org/bitcoin.pdf
  • B-Money, Wei Dai (1998) – http://www.weidai.com/bmoney.txt

Auteur de l’article : nsutter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.